Isabelle Pilling
(+33) 6 62 69 19 93
ipilling@alegria-spectacles.com
Françoise Boyer
(+33) 1 42 55 09 10
(+33) 6 07 10 05 74
frboyer@alegria-spectacles.com






Les Editions Hatier ont inclus un extrait de "L'Avare" interprété par la Compagnie Neo Vent dans un CD-ROM destiné aux enseignants "Les Docs Magellan - Histoire des arts - Cycle 3"

Depuis sa création, la Compagnie Neo Vent se consacre au théâtre de tréteaux, un théâtre vif, proche du public qui fait fi des somptueux décors, des grands effets... et dont le meilleur atout est le jeu.
C’est un véritable retour aux sources du spectacle vivant où se tisse un lien indicible entre acteurs et spectateurs. Inventeur de moments magiques, les regards émerveillés, les rires cristallins des enfants, sont la meilleure récompense de ce théâtre.
La Compagnie Neo Vent sillonne les routes et chemins à la rencontre de son public, dresse toiles et tréteaux dans une ancienne halle au blé, sur un parvis d'église, dans la cour d'un château ou encore devant quelques vieilles pierres. Et tels les saltimbanques d'autrefois, amuse et divertie la foule des jours de marchés ou de fêtes de pays avec ses contes, ses jongleries, ses pantalonnades, ses tours de passe-passe et ses chansons.
Elle crée, pour un soir, en un lieu inattendu, un moment particulier de convivialité, de joie et de rires pour le plaisir des petits et des grands.


"Au voleur, au voleur, à l'assassin, au meurtrier, justice, juste ciel!
Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon argent."


Une bourse à la place du coeur, un odieux vieillard sacrifie amour, raison, honneur, vertu, au désir insatiable d'entasser écu sur écu.

"Donner est un mot pour lequel il a tant d'aversion, qu'il ne dit pas: Je vous donne le bonjour, mais, je vous prête le bonjour."

La Compagnie Neo Vent vous convie, dans un bric à brac de vieilleries remisées pêle-mêle de part et d'autre, à une farce grandiose. Une farce où rien ne manque pour déchaîner les rires.

En puisant dans diverses sources livresques :
"L'Aulularia ou La Marmite" de Plaute, le plus populaire des comiques romains, "La Mère coquette" de Donneau de Visé, fondateur de la revue "Le Mercure Galant", Molière nous donne une formidable comédie de moeurs et de caractères.

Tout est là, une cachette bien choisie, un coup de théâtre à point nommé et bien sûr l'indispensable dindon de la farce.
La cachette : Le jardin où sont enterrés, dans une cassette, dix mille écus en or. Dix mille écus qui, sous l'oeil complice du spectateur, ne tarderont pas à disparaître. Car la cachette est évidemment faite, avant tout, pour être découverte.
Les coups de théâtre à foison : Rivalité amoureuse, marché de dupes, faux témoignages, traîtrises et, par dessus tout, vol de la fameuse cassette. Une odeur de soufre règne dans toute la maison.
Le dindon : Harpagon, vieillard libidineux, sourd à toute chose lorsqu'il s'agit d'argent et que l'on traite partout d'avare, de ladre, de vilain et de fesse-mathieu. Ignoble à pleurer de rires.

Usant des archétypes de la comédie : imposture de la voix, visages maquillés comme des masques, jeu de mime un brin mécanique, qui donne aux personnages un côté pantins, poupées, jouets du destin, la Compagnie Neo Vent cherche à pointer du doigt non seulement la déplorable avarice d'Harpagon, mais aussi la cruauté des rapports humains entre parents et enfants, hommes et femmes, maîtres et valets, le tout avec justesse et drôlerie.

Le talent comique de Molière et les procédés de la bouffonnerie l'emportent, on rit des malheurs d'Harpagon et on oublie de le plaindre.


Concept Web Sylvael // © Alegria Spectacles - 106, boulevard Arago – 75014 Paris